Archive for mai, 2015

• Les points s’envolent après un contact avec un retardataire.

Harold Primat et ses équipiers du Bentley Team HTP n’ont pas été en mesure de se battre pour une place dans les points durant la deuxième manche des Blancpain Endurance Series, aujourd’hui (24 mai), à Silverstone. Une fois encore, un autre concurrent provoqua l’abandon de la Continental GT3.

Déjà innocente victime d’un concurrent lors de l’épreuve d’ouverture à Monza, le mois dernier, le pilote suisse – associé à Mike Parisy et Vincent Abril – voit à nouveau ses ambitions réduites à néant malgré une belle progression dans la hiérarchie de la catégorie Pro Cup.

Le trio n’avait placé la belle anglaise qu’en 20e position sur la grille de départ, le tour lancé de Parisy ayant été compromis lorsqu’un concurrent partit en tête à queue devant lui. Le faible écart – de seulement trois dixièmes de seconde – avec le top-10, laissait néanmoins présager un après-midi plus fructueux.

Avec près de 60 voitures en piste, le départ des trois heures de course revêt toujours une importance capitale, et malgré l’intensité du peloton, Abril parvient rapidement à se frayer un chemin jusqu’au 16e rang. Jusqu’à ce qu’en prenant un tour à un retardataire, il ne soit percuté par ce dernier… En dépit du choc, violent, la Bentley Continental GT3 n°84 poursuit son chemin et regagne son stand dix minutes plus tard au cours d’une neutralisation.

La décision du team de s’arrêter lorsque le rythme est restreint devait porter ses fruits plus tard dans l’épreuve, mais on ne connaîtra jamais l’issue de ce pari puisqu’en regagnant la piste, Parisy subit une crevaison consécutive au contact initial. Lorsque le freinage fait ensuite défaut, c’en est malheureusement terminé de la progression de l’équipage.

« Après avoir terminé les 24 Heures du Nürburgring il y a à peine une semaine sans avoir rencontré le moindre problème, la manche de Silverstone se termine après seulement 60 minutes par la faute d’un autre pilote, raconte Harold, passablement frustré. Et cela nous arrive pour la deuxième course d’affilée en Blancpain Endurance Series, ce qui n’est vraiment pas top.

Nous savions que notre performance en qualifications ne reflétait pas le potentiel de la voiture. Vincent a effectué très rapidement une belle remontée au classement avant que l’équipe ne décide d’anticiper son arrêt au stand. On ne sait jamais ce qui va se passer au final, mais il semblait que cette décision courageuse allait payer. Une raison de plus d’être très déçu.

Avec deux abandons en deux courses, nous ne pouvons plus nous battre pour championnat et nous allons maintenant nous concentrer sur chaque épreuve pour obtenir le meilleur résultat possible. Nous ferons le maximum pour atteindre cet objectif dès la prochaine manche. »

Celle-ci se déroulera sur le circuit Paul Ricard, les 19 et 20 juin prochains, et devrait cette fois permettre de montrer le vrai potentiel de la voiture.

• Harold et ses coéquipiers passent entre les gouttes et les accidents pour terminer huitièmes
• La Continental GT3 n°11 est la meilleure Bentley à l’arrivée

Harold Primat a décroché une belle huitième place au classement général des 24 Heures du Nürburgring 2015 (14-17 mai) après avoir livré un sans-faute à bord de la Continental GT3 n°11 du Bentley Team HTP. Une performance d’autant plus remarquable que la marque britannique s’alignait pour la première fois au départ de ce monument de l’Endurance disputé sur la mythique Nordschleife.

La n°11 de Primat, 3, Marco Seefried, et Clemens Schmid est en outre la mieux classée des Bentley – elle devance les deux représentantes officielles – ainsi que la première voiture non-allemande à l’arrivée.

Pour signer ce résultat probant, le quatuor HTP a dû s’employer dès les premiers tours de roues en allant valider son ticket pour la super pole du vendredi soir et s’octroyer ainsi le droit de s’élancer dans le peloton de tête. Réservée aux trente meilleurs (sur plus de 200 participants), cette ultime séance de qualifications a vu Brück, un habitué du championnat VLN, établir le 21ème meilleur temps au terme d’une lutte très serrée.

Rompu aux exigences des 25 kilomètres de « l’Enfer Vert », le même Brück a pris samedi le départ d’une course qui allait une nouvelle fois soumettre les différents compétiteurs à rude épreuve. Le premier tiers de l’événement s’est en effet montré particulièrement chaotique et a vu de nombreux leaders partir à la faute, parfois violemment, sur une piste balayée par de fortes pluies.

Primat s’est glissé dans l’habitacle de la Continental GT3 aux alentours de 21h, heure locale, et a couvert un premier relais très constant pour consolider la remontée de la n°11 au classement. Évitant les innombrables pièges tendus par les quelques 170 virages de la redoutable Boucle Nord, Harold a effectué deux autres passages au volant du même calibre : l’un à l’aube, l’autre en fin de matinée.

Seefried et Schmid évoluant au diapason, l’équipage HTP a poursuivi sa marche en avant pour passer sous le drapeau à damier en huitième position et écrire ainsi la première page de l’histoire de Bentley aux 24 Heures du Nürburgring.

« Nous avons réalisé une course parfaite, se réjouit Primat. Nous avons su optimiser les réglages de notre voiture, qui bénéficie du soutien officiel de Bentley, pour terminer en bonne position à l’arrivée. La Continental GT3 a fait preuve d’une fiabilité excellente tout au long de la course et nous n’avons pas commis la moindre erreur. Et pourtant, il a fallu composer avec la pluie, les accidents, et les autres embûches habituelles de la Nordschleife. 

Même si c’était ma deuxième participation aux 24 Heures du Nürburgring, la donne était bien différente cette année puisque Bentley participait pour la première fois à l’événement. HTP prouve ainsi qu’en l’espace d’un hiver, ils ont abattu un travail exceptionnel et sont parvenus à mettre au point une nouvelle voiture pour la mener à un résultat probant sur une épreuve ô combien difficile. Si les Audi et BMW restaient intouchables, nous devançons Nissan et Aston Martin.

L’écurie confirme en outre ses talents et son flair dans le choix de ces équipages, ajoute Harold. Je n’avais jamais roulé avec Clemens par exemple et l’on s’est immédiatement bien entendus. L’osmose entre nous quatre était évidente et la bonne ambiance qui régnait a clairement contribué à notre performance ce week-end. Je suis heureux et fier d’entrer avec eux dans l’histoire de Bentley en décrochant leur premier résultat important dans cette épreuve qui reste l’un des rendez-vous majeurs de la saison, surtout pour les marques allemandes. »

Le calendrier de Primat va maintenant s’accélérer avec la reprise des Blancpain Endurance Series à Silverstone dès ce week-end (23/24 mai) pour la deuxième manche de la saison. Harold y retrouvera ses coéquipiers habituels Mike Parisy et Vincent Abril au volant de Continental GT3 No.84 que le Bentley Team HTP aligne dans la catégorie Pro Cup.

« Je vais avoir seulement quatre jours pour récupérer avant de mettre le cap sur Silverstone, conclut le pilote suisse. Mais je m’y présenterai parfaitement préparé ! »