Huitième place pour Primat au Nürburgring après une course balayée par la pluie

Huitième place pour Primat au Nürburgring après une course balayée par la pluie

• Le pilote suisse termine finalement sixième dans la catégorie Pro Cup des Blancpain Endurance Series

De fortes pluies ont empêché Harold Primat de terminer sa solide saison en Championnat d’Endurance Blancpain sur une note positive lors des 1 000 km du Nürburgring organisés cet après-midi (21 septembre). En lice pour un podium, le Genevois a dû se contenter de la huitième place.

Pour la première et seule fois de l’année, Primat, qui retrouvait ce week-end Nico Verdonck et Bernd Schneider à bord de la Mercedes-Benz SLS AMG GT3 N°84 du HTP Motorsport, n’a pas terminé dans les six meilleurs de la catégorie Pro Cup. Harold a toutefois glané suffisamment de points pour s’adjuger le sixième rang au championnat Pilotes tout en aidant l’écurie HTP à décrocher la troisième place ex-aequo du classement Équipes.

En raison des pluies diluviennes qui se sont abattues avant le départ dimanche, l’ensemble des concurrents a dû passer les 20 premières minutes de l’épreuve longue de 1 000 km – ou six heures maximum – derrière la Voiture de Sécurité. Une fois la course véritablement lancée, Verdonck n’a pas tardé à exploiter les performances de la Mercedes sur piste humide. Parti en 11ème position, le Belge s’est hissé au huitième rang à la faveur d’un excellent premier tour, avant de conclure son double relais à la troisième place du classement général.

Schneider a ensuite poursuivi sur cette belle dynamique et s’est emparé des commandes de la course avant de creuser un écart de 10 secondes. C’est alors qu’une nouvelle intervention de la Voiture de Sécurité a poussé la plupart des voitures de tête, dont la N°84, à observer un troisième arrêt plus tôt que prévu. Dans les stands, Primat se tenait prêt à prendre le relais de son illustre coéquipier.

Ayant rarement couru sur piste mouillée au volant d’une GT, Harold s’est fait piéger par les conditions climatiques dantesques, la Mercedes partant en tête-à-queue à cause de l’eau accumulée dans le dernier virage. Aucun dégât n’était à signaler mais les commissaires de piste ont alors tenté de tracter la voiture à travers le bac à gravier au lieu de simplement la pousser pour qu’elle puisse repartir. Une manœuvre qui a fait perdre trois tours au trio HTP.

À partir de ce moment-là, il s’agissait pour l’équipage de la N°84 de combler son retard. Sur une piste qui s’asséchait au fil des tours, Primat puis Schneider ont passé la seconde moitié de l’épreuve à tenter de remonter dans le peloton.

« J’avais espéré que la saison se conclurait d’une autre manière, a expliqué Primat après la course. Nico et Bernd ont superbement piloté en début de course, et nous nous sommes retrouvés en lice pour le podium. Cependant, les conditions de piste se sont révélées particulièrement délicates et je pense avoir payé le prix de mon manque d’expérience en GT sur un tracé détrempé. Sincèrement, ce sont sans doute les pires conditions climatiques que j’ai dû affronter au cours de ma carrière, toutes catégories incluses.

L’arrière de la voiture s’est dérobé soudainement et j’ai terminé à l’entrée du bac à gravier. Dans ces circonstances, il en fallait peu pour partir à la faute. Même si nous avons perdu du temps, je m’attendais vraiment à ce que les commissaires poussent la voiture pour me permettre de repartir rapidement. Malheureusement, ils ont préféré l’éloigner de la piste en la tractant à travers le bac. Une décision que je ne comprends toujours pas. Cela nous a coûté un temps précieux, d’autant plus que des points supplémentaires étaient attribués aujourd’hui. Sans ce fâcheux contretemps, nous aurions pu revenir dans la lutte pour le podium. »