Parcours

Date de naissance : 12 juin 1975
Lieu de naissance : Paris, France
Résidence : Genève, Suisse

Né en France mais élevé en Suisse depuis sa plus tendre enfance, Harold doit sa passion du sport automobile au karting qu’il pratique étudiant avant de fréquenter les écoles de pilotage Max Mygale et Winfield Racing en France, ainsi que le centre Jim Russell Racing en Angleterre.

Profile 2Primat se rend ensuite aux Etats-Unis où il prend part au championnat de Formule Ford 2000. Harold gravit les échelons du sport automobile en courant en Formule 3 britannique et plus tard en F3 Euro Series. Sa carrière en monoplace s’achèvera en championnat World Series Lights avec l’écurie de Serge Saulnier.

Cependant, c’est en endurance qu’Harold trouve réellement sa voie. En 2003 et 2004, en parallèle de son brillant programme en monoplace, Primat développe un intérêt prononcé pour une discipline où la régularité et la gestion de la voiture importent plus que la vitesse pure. En 2003, Harold fait ses premières armes dans le championnat de France d’endurance V de V, toujours sous la houlette de Serge Saulnier. Les débuts sont brillants : le Franco-Suisse mène à Spa-Francorchamps avant qu’un souci mécanique ne vienne gâcher la fête. La saison suivante, Primat devient vice-champion ; il rate le titre d’un cheveu après avoir manqué une course pour respecter ses engagements en World Series Lights.

Profile 3En 2005, Primat gravit un échelon supplémentaire et effectue ses débuts en Sport-Prototypes dans le championnat des American Le Mans Series (ALMS) au sein de l’écurie Kruse Motorsport. Il impressionne d’emblée en se qualifiant troisième et en terminant deuxième de sa catégorie lors des célèbres 12 Heures de Sebring.

Le pilote suisse accompagne Kruse de l’autre côté de l’Atlantique pour participer à la manche inaugurale de la saison européenne à Spa-Francorchamps mais un problème moteur l’oblige à renoncer. Harold rejoint ensuite l’écurie Rollcentre Racing, ce qui lui offre l’occasion de se battre pour la victoire au général en LMP1. Au cours de sa première saison dans la catégorie reine de l’endurance, le Genevois entre dans le top 10 à trois reprises.

Toujours en 2005, Primat participe pour la première fois aux mythiques 24 Heures du Mans. Après une brillante qualification en 13ème position, la Dallara-Nissan du team Rollcentre connaît des soucis techniques en début de course, et l’écurie n’est finalement pas classée.

Profile 8En 2006, Primat élargit ses horizons avec une première participation aux 24 Heures de Daytona avant de poursuivre son programme d’endurance en Europe avec le championnat des Le Mans Series (LMS). Il y retrouve une nouvelle fois Serge Saulnier au sein de l’équipe Swiss Spirit. Des podiums à Spa-Francorchamps et Jarama permettent à Harold de partager la quatrième place du championnat Pilotes. Malheureusement des problèmes de boîte de vitesses l’obligent à abandonner lors de sa seconde participation au Mans. La déception se révèle toutefois de courte durée grâce aux succès remportés outre-Atlantique en ALMS : Primat glane un podium à Laguna Seca et une quatrième place à Petit Le Mans avec l’écurie Creation Autosportif.

Profile 7Fort de cette belle saison, le futur d’Harold Primat s’oriente plus que jamais vers l’endurance avec pour objectif de décrocher un podium aux 24 Heures du Mans.

En 2007, Harold rejoint le team Pescarolo Sport, vainqueur des championnats Pilotes et Ecuries en LMS lors des éditions 2005 et 2006. Les récompenses de ses efforts incluent un podium à Spa et sa première arrivée aux 24 Heures du Mans. Il obtient également de bons résultats en ALMS lors des courses de Petit Le Mans et Laguna Seca, toujours avec le team Creation Autosportif.

Profile 6

Début 2008 Harold retourne à Daytona et retrouve la catégorie Grand-Am, cette fois au volant d’une Pontiac Riley. Malheureusement, un problème moteur le contraint à l’abandon. Les très bons résultats obtenus par la suite en championnat LMS effacent cependant vite la déception américaine. Apres avoir décidé de rester chez Pescarolo Sport pour la deuxième année consécutive, Harold livre sa plus belle saison en endurance, décrochant notamment une solide 3ème place à Monza derrière une Peugeot et une Audi d’usine.

Il signe en outre le meilleur résultat de sa jeune carrière en terminant à une superbe 7ème place aux 24 Heures du Mans, et premier des voitures ‘essence’ derrière les trois Audi et trois Peugeot qui bénéficient d’une motorisation ‘diesel’ plus performante. Son déplacement annuel de fin de saison en ALMS avec Creation Autosportif se révèle tout aussi convainquant et vient conclure la saison sur une note positive. En outre, les résultats d’Harold ne sont pas passés inaperçus auprès des responsables des écuries adverses.

Profile 5Primat devient pilote d’usine Aston Martin en janvier 2009, la célèbre marque britannique effectuant son grand retour en endurance après 20 ans d’absence. Avec Darren Turner comme équipier, Harold termine quatrième du championnat Pilotes après avoir fait preuve d’une belle régularité tout au long de la saison. Ils montent notamment sur la deuxième marche du podium lors de la manche du Nürburgring. Associé à Peter Kox et Stuart Hall pour les 24 Heures du Mans, Harold doit abandonner au 252ème tour suite à une fuite d’eau sur l’Aston Martin 009. Aux côtés de Stefan Mücke, le Genevois conclut la saison en beauté avec une victoire lors de la manche inaugurale des Asian Le Mans Series disputée sur le circuit d’Okayama en octobre 2009.

En 2010, Harold enfile de nouveau la célèbre combinaison bleue et orange d’Aston Martin Racing et décroche trois podiums dans les championnat ALMS et LMS. Primat obtient le meilleur résultat aux 24 Heures du Mans de sa carrière en terminant sixième de l’épreuve reine de l’endurance.

Profile 4Le pilote suisse rempile pour une troisième saison chez Aston Martin Racing en 2011, cette fois-ci aux côtés de Turner et Mücke. Au volant d’un châssis Lola vieillissant, Harold signe deux nouveaux podiums, dont une éclatante victoire à Laguna Seca en ALMS. Le nouveau prototype ouvert d’Aston Martin Racing, l’AMR-One, se révèle cependant peu fiable et oblige l’écurie à quitter la catégorie LMP1 à la fin de la saison.

Primat s’engage alors avec le team privé suisse de LMP1 Rebellion Racing pour participer au WEC, le Championnat du Monde d’Endurance FIA relancé en 2012. Les écuries d’usine Audi et Toyota se partagent les victoires tout au long des huit rendez-vous de la saison, laissant Rebellion, Strakka, JRM et OAK Racing se disputer le trophée LMP1 des constructeurs privés/essence. Primat apporte sa pierre à l’édifice, remportant deux victoires à Silverstone et Shanghai, et  assure ainsi le titre à l’équipe suisse.

Profile 10En 2013, Harold relève un nouveau défi, passant des prototypes aux voitures de grand tourisme avec un programme copieux au sein de l’écurie Phoenix Racing : engagement en championnat d’endurance Blancpain et VLN, et participation aux 12 Heures de Bathurst. Au volant d’une Audi R8 MS Ultra, Primat décroche une solide quatrième place lors de la classique australienne, après avoir pourtant dû s’arrêter pendant quatre tours pour effectuer des réparations sur la voiture. Il enregistre un résultat similaire lors de la prestigieuse course des 24 Heures de Spa aux côtés d’Oliver Jarvis et Christopher Hasse. L’épreuve belge voit le trio signer une remontée époustouflante, qui entre dans les annales du double tour d’horloge spadois. Primat s’illustre également en championnat VLN où il glane une paire de podiums.

L’année suivante, Harold s’aligne de nouveau en championnat d’endurance Blancpain et rejoint l’écurie de pointe HTP Motorsport pour courir au volant d’une Mercedes-Benz SLS AMG GT3. En plus des célèbres 24 Heures de Spa, son programme comporte deux autres courses d’endurance très prestigieuses : les 12 Heures de Bathurst où, épaulé de Maximilian Buhk et Thomas Jäger, il manque la victoire d’un souffle (une demi-seconde à peine), ainsi que les 24 Heures du Nürburgring. Pour sa première saison au sein du HTP Motorsport, Primat se hisse au sixième rang du classement Pro Cup, la catégorie reine des Blancpain Endurance Series.

Profile 10En 2015, le pilote suisse participe de nouveau aux prestigieuses 12 Heures de Bathurst. Un an après avoir signé une superbe deuxième place sur le Circuit de Mont Panorama et fort du soutien officiel de Bentley Motorsport, Harold se présente en Australie avec des ambitions de victoire. Le programme 2015 de Primat inclut également une nouvelle campagne complète en Blancpain Endurance Series au sein de l’écurie HTP, désormais Bentley Team HTP, ainsi que plusieurs courses du championnat allemand VLN. Au volant d’une Bentley Continental GT3 d’usine, Harold connaît une saison marquée par la malchance mais parvient tout de même à s’illustrer lors des deux rendez-vous majeurs de l’année avec un double top 10 aux 24 Heures du Nürburgring et de Spa-Francorchamps. Sa cinquième place en Belgique représente même le meilleur résultat jamais décroché par Bentley sur le double tour d’horloge ardennais.

Après une longue et belle carrière au plus haut niveau, Primat décide qu’il est temps de raccrocher les gants au terme de la saison 2015. Harold se concentre désormais sur sa famille et d’autres projets qui lui tiennent à cœur comme le prouve son récent partenariat avec TRACTIVE, société autrichienne très performante spécialisée dans les traceurs d’activités pour chiens et chats.