Primat émerge de l’Enfer Vert du Nürburgring à la septième place

Primat émerge de l’Enfer Vert du Nürburgring à la septième place

• Des pénalités de temps empêchent HTP Motorsport de finir dans le top 5
• Le pilote suisse ravi d’afficher un rythme compétitif et une belle fiabilité

Pour ses grands débuts aux 24 Heures du Nürburgring le week-end dernier (19-22 juin), Harold Primat a livré une solide prestation avec l’écurie HTP Motorsport et conclu l’épreuve mythique courue sur la Nordschleife dans les dix meilleurs.
À bord de leur Mercedes-Benz SLS AMG GT3, Primat et ses coéquipiers – Maximilian Götz, Kenneth Heyer, et Roland Rehfeld – ont terminé à la septième place du classement général. L’édition 2014 de l’événement phare de la fédération allemande de sport automobile [ADAC] s’est d’ailleurs révélée être la plus rapide jamais disputée sur les redoutables 25 kilomètres de « l’Enfer Vert ».

Même si le quatuor a d’abord eu du mal à trouver le compromis idéal au niveau des réglages, leur double entrée dans le top 10 lors des deux premières séances qualificatives leur a permis de faire le plein de confiance. Réservée aux trente meilleurs et disputée sur un tour, l’ultime session de qualifications a vu Götz, pilote Mercedes d’expérience, prendre le volant. Malgré tout son talent, l’écurie allemande a dû se contenter du 21ème chrono au terme d’une séance extrêmement disputée.

Primat restait toutefois confiant quant aux chances de l’équipage HTP de signer un résultat probant au terme d’un double tour d’horloge haletant.

« Nous avons connu quelques difficultés en essais libres, alors que nous utilisions pourtant les mêmes réglages que lors de la course de qualifications organisée ici-même au mois d’avril, a reconnu Harold. Cependant, l’équipe a finalement abattu un travail formidable et réussi à adapter la voiture à chacun d’entre nous. Cela dit, nous sommes sortis légèrement déçus de la séance de qualifications.

Les deux premières heures de course se sont déroulées sur un rythme frénétique, mais Maximilian [Götz] a eu la sagesse et la clairvoyance de garder son sang-froid tandis que nos concurrents rencontraient des problèmes. Une fois l’intensité retombée, nous avons peu à peu trouvé le bon rythme, les sensations au volant étant excellentes. »

Le début de course prometteur du HTP Motorsport a permis à l’équipe allemande de se retrouver en lutte avec les écuries d’usine Aston Martin et BMW alors que Primat prenait le volant pour couvrir son premier relais à la tombée du jour. Las, l’équipage de la SLS AMG GT3 s’est vu infliger deux pénalités de temps durant la nuit la plus courte de l’année, et ce pour ne pas avoir respecté des drapeaux jaunes. Une sanction qui leur a coûté au total huit minutes et demie et éloigné Harold du top 5 tandis que le Genevois remontait à bord de la voiture à 7h30 du matin, heure locale.

Comme dans toute course de 24 heures, piloter au crépuscule pose inévitablement des problèmes de visibilité. « L’éclat du soleil couchant m’a fortement ébloui, à tel point que je négociais beaucoup de virages en aveugle, a expliqué Primat. Cela fait néanmoins partie de la phase d’apprentissage et de réajustement. »

Malgré un rythme très compétitif, l’équipage HTP n’est pas parvenu à effacer son tour de retard et à revenir dans la lutte pour la cinquième place avant qu’Harold ne commence son dernier relais à deux heures du drapeau à damier. L’ambassadeur de Crans Montana s’est néanmoins montré heureux du niveau de performance et de fiabilité affiché tout au long de la mythique épreuve d’endurance allemande.

« Je pense sincèrement que nous aurions pu viser la cinquième place sans les deux pénalités. C’est vraiment dommage, d’autant qu’il est toujours difficile de repérer les drapeaux jaunes sur un circuit de cette nature. Nous pouvons toutefois nous consoler en comparant notre rythme à celui de la Vantage et de la Z4 GT3 qui nous précédaient.

Globalement, nous quatre avons effectué un excellent travail d’équipe, tout comme l’ensemble des membres de l’écurie, s’est réjoui Primat. Nos arrêts aux stands se sont déroulés sans encombre et je suis ravi d’être resté à l’écart des ennuis tout en affichant un rythme compétitif tout au long de la course. Au final, en décrochant la septième place, nous signons un solide résultat. Je n’ai désormais qu’une hâte : aller me reposer un bon moment ! »

Harold n’aura toutefois guère le temps de souffler puisque le Championnat d’Endurance Blancpain reprend ses droits ce week-end au circuit Paul Ricard du Castellet pour la troisième manche de la saison. Le pilote suisse y retrouvera son équipier habituel Nico Verdonck ainsi que Bernd Schneider à bord de la SLS AMG GT3 No.84 du HTP Motorsport alignée dans la catégorie Pro Cup.