Primat prêt à affronter le redoutable tracé du Mont Panorama

Primat prêt à affronter le redoutable tracé du Mont Panorama

• Le pilote suisse vise la victoire au classement général des 12 Heures de Bathurst
• Harold et ses coéquipiers forment un équipage talentueux à bord de la Mercedes-Benz SLS AMG GT3 No.84 du HTP Motorsport

C’est aux antipodes qu’Harold Primat va débuter son programme 2014 en Grand Tourisme. Pour la deuxième année consécutive, il va en effet prendre part aux 12 Heures de Bathurst, en Australie, cette saison avec sa nouvelle écurie, HTP Motorsport.

Situé en Nouvelle-Galles du Sud, le circuit, qui grimpe abruptement le long du Mont Panorama avant de replonger 175 mètres en contrebas, doit sa popularité originelle à la célèbre course de voitures de tourisme, les 1000 kilomètres de Bathurst. Depuis 2011, les GT3 peuvent également courir sur le tracé montagneux et participer aux 12 Heures de Bathurst qui ouvrent traditionnellement la saison. L’arrivée de ces nouvelles machines a fait de l’événement l’une des courses d’endurance les plus prestigieuses au monde.

Après avoir obtenu une solide quatrième place l’année dernière, Primat revient en Australie avec la ferme intention de lancer sa saison 2014 en beauté. Il pourra compter sur l’aide de sa nouvelle écurie HTP Motorsport qui, bien que novice à Bathurst, a dominé la scène européenne du GT l’an dernier en remportant les 24 heures de Spa et en décrochant les lauriers en FIA GT Series ainsi qu’en Championnat d’Endurance Blancpain.

Au volant de la véloce et fiable Mercedes-Benz SLS AMG GT3 de l’équipe allemande, Harold sera épaulé par deux pilotes habitués à jouer les premiers rôles en endurance. Thomas Jaeger s’est imposé à Mont Panorama en février dernier, tandis que Maximilian Buhk faisait partie de l’équipage HTP Motorsport victorieux à Spa en 2013.

Les trois hommes forment ainsi une équipe compétitive et figurent parmi les favoris de l’épreuve. Primat préfère toutefois aborder l’événement avec humilité.

« Bien sûr, nous visons la victoire – sinon nous ne serions pas là ! – mais il peut se passer tellement de choses en 12 heures, explique-t-il. L’épreuve a acquis un tel prestige qu’elle attire désormais les meilleurs pilotes et écuries d’Europe. En outre, il faut garder à l’esprit que HTP Motorsport découvre le circuit du Mont Panorama. Certes, l’équipe a connu de nombreux succès sur le Vieux Continent mais le tracé australien offre un défi inédit. Je pense que nous allons avoir une approche assez conservatrice dans un premier temps car il y a beaucoup d’éléments à prendre en compte. Cela étant dit, j’ai pleinement confiance en leurs compétences et en celles de mes coéquipiers. Nous formons une équipe performante et si nous évoluons à notre niveau, nous serons en lice pour le podium, c’est certain.

À Bathurst, le principal défi vient du circuit en lui-même. Je le comparerais à une version plus petite de la légendaire Nordschleife du Nürburgring, avec ses changements de dénivelé importants, ses courbes rapides, ses virages en aveugle et ses murs de béton prêts à punir la moindre erreur. En outre, le tracé offre très peu de possibilités de dépassement, surtout lorsque vous y courez en GT. À vrai dire, il est quasiment impossible de doubler dans la partie montagneuse, et ce même si la voiture devant est beaucoup plus lente. Il est également très facile d’y commettre des erreurs. En revanche, lorsque vous parvenez à rassembler tous les éléments pour signer un bon tour, c’est sans conteste l’un des meilleurs circuits au monde. »

La préparation de Primat s’est poursuivie dans le sud de la France à l’occasion d’une séance d’essais de deux jours organisée sur le circuit de Lédenon les 24 et 25 janvier derniers. Sur place, Harold, Jaeger et Buhk ont pu affiner les réglages de leur Mercedes en prévision des contraintes très spécifiques qu’impose le circuit du Mont Panorama.

« Les essais se sont bien déroulés et je pense que nous sommes parvenus à atteindre une bonne base de travail sur laquelle nous allons pouvoir élaborer en arrivant à Bathurst, a ajouté le Suisse. La typologie du circuit de Lédenon nous a beaucoup aidés, et Thomas et Max ont également signé de très bons chronos. Il est crucial de bien s’entendre avec l’équipe, les ingénieurs et ses coéquipiers et nous sommes manifestement partis dans la bonne direction. Je suis ravi d’avoir rejoint HTP.

Quant à la Mercedes, elle est un peu plus stable et agréable à piloter que la voiture que je conduisais l’année dernière. En endurance, ce sont des qualités essentielles, encore plus sur un tracé comme celui de Bathurst. »

Programme des 12 Heures de Bathurst*

Vendredi 7 février :
Essais Libres 1 : 08:55 – 09:55
Essais Libres 2 : 13:05 – 14:05
Essais Libres 3 : 16:15 – 17:15

Samedi 8 février :
Qualifications 1 : 09:00 – 10:00
Qualifications 2 : 13:30 – 14:10
Qualifications 3 : 14:20 – 14:35

Dimanche 9 février :
12 Heures de Bathurst : 06:15 – 18:15

*Horaires en heures locales